• banniere_chalouere_accueil
  • banniere_monplaisir8
  • banniere_tournesols_parcours3
  • banniere_gauguin_accueil
  • banniere_yourcenar_accueil_musique1
  • banniere_palomberie_vie_quotidienne42
  • banniere_mesangerie_cuisine49

Projets en cours & réalisés

Ci-dessous les projets actuellement menés ou récemment réalisés par HandiCap’Anjou :

Projet  à finaliser

Le patio sensoriel , l’espace boisé et sonore : réalisés.
– L’aire de jeux des petits : réalisé.
L’espace 2D : en cours de réalisation.

« Il pousse plus de choses dans un jardin que ce qu’on y a semé » – Proverbe Slave

Où ?

L’IME la Chalouère (114 rue de la Chalouère à Angers) accueille 30 enfants de 3 à 14 ans, présentant une déficience intellectuelle moyenne ou profonde avec handicaps associés ou des troubles envahissants du développement notamment l’autisme. Le site de la Chalouère bénéficie d’un parc arboré à quelques minutes du centre ville. Cet espace de nature se défini donc comme un lieu d’expression, de découverte, de stimulation et d’éveil sensoriel et physique.

Pourquoi ?

Les difficultés présentées par ces enfants se manifestent par un manque d’autonomie important, des acquisitions très lentes et des troubles majeurs de la communication. La perception de leur environnement et de leur corps est profondément perturbée d’où l’importance du travail autour des ateliers à thématiques multi-sensorielles. l’Aménagement d’un jardin sensoriel s’est imposé. Un environnement naturel et « vert » a des bienfaits sur les émotions, la détente et l’humeur. L’interaction avec la nature est bien un besoin fondamental.
Chez l’enfant autiste, l’aspect fonctionnel domine, la principale et peut-être unique fonction étant de créer des sensations (visuelles, tactiles, auditives, vestibulaires).
Chez les personnes souffrant de troubles autistiques, le jardin permet de rétablir un lien social. Un jardin est un lieu de partage, d’interactions sociales (jardinage, lieu de rencontre), un espace d’exercices physiques, un environnement stimulant : un lieu de découvertes, mais aussi la parfaite rencontre avec la nature.

Quelles particularités ?

Plusieurs pays proposent déjà un panel important de jardins à but thérapeutique ; notamment outre Atlantique. En France, ce type de jardin demeure plutôt exceptionnel surtout concernant les enfants handicapés. Ce jardin se veut donc novateur. De plus, Angers est un pôle du végétal. Le projet s’inscrit donc dans une dynamique locale.
handicapanjou-jardin-sensoriel2

Quels objectifs ?

  • Thérapeutique : Les plantes sont un support idéal pour stimuler les sens : couleurs, formes, textures, mouvement, odeurs ainsi que pour signifier le cycle de la vie. Le jardin doit rester simple et apaisant, interactif et attractif. Il faut intégrer des éléments de curiosité, de découverte et de surprises. Le jardin, par sa composition, est thérapeutique. Le jardinage est instauré avec les enfants : arroser, semer, désherber… Lors d’ateliers, les enfants sont stimulés, la communication est favorisée.
  • Éducatif axé sur la découverte de leurs capacités
  • Social :Partager ce jardin est une de ses finalités ; Il est conçu pour être un lieu de rencontre entre enfants et équipe médico-éducative, mais aussi rencontre avec d’autres enfants : C’est l’occasion pour les enfants accueillis à La Chalouère de se confronter le temps d’une activité à des personnes extérieures. Jardin novateur, il se doit d’être ouvert à tous (écoles) et d’accueillir le maximum d’enfants, il est accessible aux groupes encadrés qui en font la demande, tous doivent profiter de cet espace de verdure et de cette nature étonnante à quelques pas du centre ville.

Quel fonctionnement ?

4 espaces : PATIO SENSORIEL – ESPACE 2D – AIRE DE JEUX DES PETITS – ESPACE BOISE ET SONORE.
Un espace sensoriel situé dans le patio des nouveaux bâtiments de l’IME, est utilisé durant les ateliers thérapeutiques et éducatifs uniquement.
Des jardins accessibles en permanence (l’espace 2D : de détente et de découverte sensorielle, l’aire de jeux pour les tout-petits et l’espace boisé et sonore). A chaque récréation, l’ensemble des enfants peut évoluer où bon lui semble, tester, découvrir, jouer… avec les structures en place. Il comprend un espace réservé aux tout-petits dont l’accès est contrôlé pour des raisons de sécurité.
L’aménagement dans son ensemble doit aider les enfants à se repérer, à les stimuler ainsi qu’à s’amuser. Le jardin est donc composé d’espaces différenciés. Les différents éléments à intégrer au jardin sont donc l’eau, la musique, les repères dans le temps, les repères dans l’espace, les textures, les odeurs, les goûts, les couleurs, le système « cause à effets », le calme…
Selon les espaces et les circonstances, l’enfant peut être, tour à tour, actif ou passif de la nature.
handicapanjou-jardin-sensoriel1

Quel financement ?

L’ampleur du projet ainsi que l’agencement des différents espaces permet un phasage dans la réalisation et le financement. Le parti pris a été de réaliser des zones bien distinctes dont les fonctions sont différentes. Il est possible de réaliser un aménagement et de différer la réalisation des autres.

  • Le patio est aujourd’hui financé et installé – l’investissement total atteint la somme de 97 800 €
  • l’espace 2D est en attente de financement pour un budget de 28 500 €
  • l’espace des tout petits est en attente des dernières actions de partenariat des Lions club d’Angers pour la somme de 7 500 €
  • l’espace musical sera fonctionnel à l’été 2014 grâce à une avance financière de la « vie associative  » de HandiCap’Anjou à hauteur de 16000 € et attente d’un futur partenariat de financement.

Contact presse

Retrouvez le projet dans sa totalité en téléchargeant ici  le dossier complet.
Veuillez vous adresser par mail à muriel.laplaine@handicap-anjou.fr pour toute question.

Ce projet  a été réalisé. le SESSAD autisme a été ouvert en septembre 2014.

Permettre à l’enfant autiste d’intégrer l’école, la crèche… (le milieu ordinaire) tout en bénéficiant de l’appui d’un établissement spécialisé.

Principe de fonctionnement du dispositif

Le Dispositif pour enfants autistes accueille des enfants justifiant d’un accompagnement médico-social associant, selon les besoins de l’enfant et la nature du Projet Personnalisé d’Accompagnement contractualisé avec la famille, des prestations de type institutionnel et/ou de type ambulatoire, selon une graduation d’accompagnements propres à chaque situation. Le Dispositif développe les prestations nécessaires à la mise en œuvre du projet de l’enfant, prioritairement :

  • Dans les locaux de l’IME La Chalouère, autour du plateau technique de l’établissement, spécifiquement conçu pour l’accueil d’enfants autistes : espaces d’accueil, plateau thérapeutique, classe, …).
  • Dans les lieux de vie de l’enfant : domicile parental et lieux d’intégration sociale et scolaire (crèches, écoles..).

Profil des enfants accueillis

Les enfants accueillis présentent des troubles avérés du spectre autistique : diagnostic posé par les services du réseau angevin de diagnostic (CAMSP, CMPP, Services de pédiatrie ou de pédopsychiatrie, PMI, … ou CRA associé à une équipe hospitalière experte).
CAMSP (Centre d’Action Médico-Sociale Précoce), CMPP (Centre Médico-Psycho-Pédagogique), PMI (Protection Maternelle et Infantile);
CRA (Centre Régional Autisme).

Les moyens et les procédures

Le Dispositif pour enfants autistes met en synergie les moyens matériels et humains de HandiCap’Anjou, l’actuel IME La Chalouère et ceux issus du redéploiement du service SESO en SESSAD pour enfants autistes :

  • IME La Chalouère : 15 places pour enfants autistes de 3 à 14 ans
  • SESSAD autisme : 12 places pour enfants de 0 à 20 ans. Dans un premier temps, l’accueil se limitera aux très jeunes enfants, en tout cas avant 14 ans : l’accompagnement ambulatoire d’adolescents étant envisagé dans un second temps.

Les enfants accueillis sont orientés vers le Dispositif sur notification de la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées de la Maison Départementale de l’Autonomie, avec précision « Dispositif Enfants Autistes de HandiCap’Anjou ».
Le rayonnement géographique du Dispositif pour enfants autistes reste le même que celui de l’IME La Chalouère à savoir le territoire angevin (excluant donc les territoires segréens, baugeois, saumurois et choletais).

Les méthodes et approches de l’autisme

L’approche multimodale de la communication MAKATON sera privilégiée. (MAKATON : Technique de communication alliant le langage, les signes « pictogrammes » et la parole.
Les méthodes éducatives mises en œuvre répondront aux besoins particuliers de chacun, en s’inspirant des différentes méthodes recommandées par la HAS (Haute Autorité de Santé) et l’ANESM (Agence Nationale d’Evaluation du Secteur Social et Médico Social,) issues notamment des théories psycho-dynamiques, d’échanges et de développement, mais aussi développementales (en référence aux programmes TEACCH*) ou comportementales (en référence aux interventions de type ABA*).
* TEACCH : Treatment and Education of Autistic and related communication handicapped Children.
* ABA : Analyse Appliquée du Comportement.

Organisation du service

Les différents temps de prise en charge sont proposés par l’équipe pluridisciplinaire, en concertation avec la famille, dans le cadre d’un Projet Personnalisé d’Accompagnement, qui fait l’objet d’un avenant au Contrat de Séjour, cosigné par la famille et la direction du Dispositif. L’accueil de l’enfant est conçu de manière souple et adaptée à la particularité de chacun.
A l’entrée dans le Dispositif, chaque enfant bénéficie d’une évaluation systématisée qui servira de base à la réflexion de l’équipe pluridisciplinaire, en vue de d’élaboration de son Projet Personnalisé d’Accompagnement, en étroite association avec les demandes formulées par sa famille et plus généralement son environnement social ou scolaire. En fonction des éléments ayant servi à l’orientation de l’enfant vers le Dispositif, des conclusions de l’évaluation initiale et de la co-construction (famille/équipe) du projet de l’enfant, son parcours dans le Dispositif sera défini et réajusté autant que de besoin selon l’évolution de l’enfant.

Formation de professionnels

Un programme de formations spécifiques prévu au CPOM (55 000 € sur trois ans) est proposé. Actualisation des connaissances théoriques, en lien avec l’évolution de la recherche sur l’autisme. Formation aux méthodes d’accompagnements innovantes de type interventions personnalisées globales et coordonnées, développementales et comportementales.

Démarrage du Dispositif : Septembre 2014. Formations des professionnels programmées de 2014 à 2016.

Projet réalisé. Ouverture de la classe externalisée en septembre 2014 

 

L’objectif principal de ce projet est de répondre aux demandes de nombreuses familles pour que leur enfant intègre une scolarisation adaptée dans le cadre du droit commun, sans occulter les besoins réels d’accompagnement et de soins de l’enfant porteur d’un handicap moteur avec troubles associés dans le cadre général d’une éducation spécialisée.

Ce projet profitera à douze enfants de l’IEM qui bénéficient déjà de temps de scolarisation au sein de l’IEM et d’une pédagogie adaptée autour des apprentissages fondamentaux que sont la lecture, l’écriture et la numération.

Ce projet est en réflexion depuis le 1 trimestre 2013, entre l’Association, l’Inspection Académique et la Mairie de Trélazé. Avec l’aval des trois partenaires, le projet sera effectif à la rentrée de septembre 2014.

Un groupe de travail associant :

  • Mme CADOU, adjointe de direction et des professionnels de l’IEM.
  • Mme GAUTHIER, enseignante Education Nationale mise à disposition à l’IEM « Unité d’Enseignement ».
  • M. TROINARD, directeur de l’Ecole DUFOUR.
  • M. RABILLER, inspecteur de l’Education Nationale.

Ce groupe se réunit tout au long de cette année scolaire pour inscrire cette classe dans le dispositif scolaire de proximité, imaginer son opérationnalité en prenant en compte les différents aspects techniques et qualitatifs de ce projet.

Les moyens « pédagogiques » de l’IEM se déplacent dans un environnement social de proximité, traditionnel, ce qui complétera les projets déjà en place (Participation à la Chorale de secteur, implication à la Ludothèque et à la Bibliothèque de Trélazé) et favorisera l’implication de l’IEM sur le territoire et sa participation au tissu social de proximité dans l’intérêt des jeunes accompagnés.

Projet en développement pour 2017

En accord avec le Conseil Départemental de Maine et Loire et l’ARS (Agence Régionale de Santé) des Pays de Loire, HandiCap’Anjou travaille au projet de construction d’un nouvel établissement pour adultes handicapés.

Un foyer d’accueil médicalisé (FAM) de 30 places, accueillera des adultes porteurs d’un handicap moteur grave ou d’un polyhandicap.

Ainsi, l’association a fait l’acquisition d’un terrain à Cantenay-Epinard, les financeurs ont validé ce choix avec comme intérêts :

  • une commune, située dans la première couronne de l’agglomération angevine, propose les atouts de la campagne et les commodités de la ville.
  • une commune à proximité de tous les services : du CHU, des Capucins, de la maison de l’autonomie (MDA), de la station de tramway avec parking, des complexes cinémas et du Théâtre Le Quai, des centres commerciaux, du centre ville d’Angers, du complexe Aquavita.
  • une commune desservie par le bus et l’ALH (déplacement en véhicule adapté sur demande au prix d’un ticket de bus).
  • des structures médicales de droit commun à proximité (médecin, infirmier, kiné,…).
  • le dynamisme de la vie associative, un cadre de vie agréable et un projet d’accessibilité.

Depuis le 24 mai 2013, HandiCap’Anjou est propriétaire du terrain situé près de la Chapelle à Cantenay-Epinard. Ce terrain accueillera l’établissement pour adultes. Les délais des études administratives et financières, soumis à l’approbation du Conseil Général et de l’ARS, puis de la construction, laissent entrevoir une ouverture au mieux sous deux ans.

Le projet privilégiera un plain-pied et une architecture s’intégrant dans le paysage de Cantenay-Epinard, afin de ne pas dénaturer le site verdoyant existant et de proposer un lieu de vie agréable, ouvert et serein pour les résidents. L’établissement proposera des logements individuels adaptés et personnalisés, pour des résidents dépendants ayant un handicap moteur et des troubles associés.

L’objectif sera, bien sûr, d’intégrer la structure au village, en favorisant le lien social et la citoyenneté. Par cette démarche, il y aura toujours un gain pour la personne qu’elle soit porteuse de handicap ou valide.

Enfin, le terrain ayant une superficie importante, HandiCap’Anjou garde une réserve foncière en vue de futurs autres projets, toujours dans le secteur médico-social.

Projet réalisé en septembre 2015

Dans le cadre du troisième plan autisme, l’ARS a lancé un appel à projet qu’HandiCap’Anjou a remporté. Il s’agit d’une Unité d’Enseignement pour enfants avec autisme ou troubles envahissants du développement créée Ecole Montesquieu à Angers.

  • LES ENFANTS ACCUEILLIS  : 7 enfants de 3 à 6 ans présentant des troubles avérés du spectre autistique n’ayant pas acquis l’autonomie ou le langage suffisant à une scolarisation ordinaire ou présentant des troubles du comportement compromettant l’intégration à l’école ordinaire avec ou sans AVS, ceci sans accompagnement médico-social spécialisé.
  • LE PROJET DE   SERVICE  : favoriser l’inclusion scolaire des enfants avec autisme ou TED, dès le plus jeune âge, dans un cadre spécifique adapté aux singularités de chacun.
    – développer les capacités neuro-développementales et cognitives.
    – favoriser les apprentissages scolaires, l’autonomie, la socialisation.
    – améliorer les compétences de communication de l’enfant et d’interaction sociale.
    -permettre de devenir élève, dans une dimension d’individualisation.
  • LES MOYENS MIS EN OEUVRE  : pour chaque enfant est proposé en lien avec sa famille :
    – un Projet Personnalisé d’Accompagnement, alternant dans les locaux de l’école, des séquences individuelles et collectives basées sur  le projet personnalisé de scolarisation.
    – des interventions éducatives et thérapeutiques personnalisées globales et coordonnées, validées par la Haute Autorité de Santé.

uem.montesquieu@handicap-anjou.fr

Nullam pulvinar felis dictum Sed risus sem,